covid_19.jpg
masque-obligatoire.jpg

Les dernières nouvelles sur le virus COVID19

Vous trouverez sur cette page :

- Informations générales

- Symptômes

- Les masques et leur entretien

- Aide et soutien psychologique

- Vaccin Covid

- autres sites utiles ...

INFORMATIONS GENERALES SUR LE COVID19

Concernant toutes les questions liées au COVID19, vous trouverez les réponses ainsi que les démarches à suivre sur les sites :

 

CONTACTS ... et RESULTATS

 

Nous recontacter si:

​Essoufflement anormal pouvant survenir parfois au 5ème voire 7ème jour après le début de l'infection : voire tuto prise de la pulsation cardiaque et de la fréquence respiratoire.

Température ne diminuant pas malgré prise de paracétamol : voire tuto 

Résultat du frottis

-soit via SMS du labo personnalisé, lorsque nous réalisons nous-mêmes le frottis

-soit via plate-forme masante.belgique.be (via lecteur carte EID) lorsque nous vous envoyons vers un centre de testing : 

Centres de testing: https://covid.aviq.be/fr/testing-particulier

- soit chez le pharmacien en le contactant avant de vous y rendre.


PAS de frottis pour les patients asymptomatiques   

 
 

LES MASQUES

Entretien des masques:

Masques FFP2 (=N95)

 

https://www.vidal.fr/actualites/24689/recyclage_des_masques_ffp2_stanford_publie_des_elements_de_decision/

 

Dans l'étude de Stanford, trois méthodes de recyclage semblent correctement respecter les capacités filtrantes des masques N95 :

  • le chauffage à 75°C (température stable et uniforme) pendant 30 minutes (chaleur sèche),

  • le passage à la vapeur d'eau pendant 10 minutes

  • l'exposition aux UV (254 nm, 8 W, 30 minutes)

 

La première méthode maintient les capacités de filtration d'un masque N95 pendant au moins 20 cycles. Elle peut être mise en œuvre à l'aide d'un four, d'un autoclave, d'une armoire chauffante, etc.

 

La seconde méthode est moins respectueuse des masques : la capacité de filtration diminue de 15 % après 5 cycles et de 20 % après 10 cycles.

 

Avec la 3e méthode, utilisant les UV, la capacité de filtration reste intacte après 10 cycles.

 

En termes microbiologiques, si ces trois techniques tuent les bactéries E.coli à plus de 99 %, leur effet sur le coronavirus n'a pas été formellement étudié. Pour indication, l'équipe de Stanford rappelle que SARS-CoV-2 est détruit en solution après une exposition à 60-75°C pendant 30 minutes. Par ailleurs, les auteurs de l'étude insistent sur le fait que ces méthodes ne détruisent ni les levures, ni l'ensemble des bactéries pathogènes.

revenant de zone rouge (à haut risque selon le formulaire d’auto-évaluation) seront à nouveau  testés. Le test devra être effectué au plus tôt au jour 7 après le dernier contact à risque (pour tous). La durée de la quarantaine est maintenue à 10 jours maximum. Celle-ci peut néanmoins être écourtée sur présentation d’un résultat de test négatif (au plus tôt au jour 7)

 

Masques chirurgicaux:

https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public/when-and-how-to-use-masks

 

  • Quand porter un masque en tissus versus chirurgical :

 

Portez un masque en tissu sauf si vous faites partie d'un groupe à risque. Cela est particulièrement important lorsque vous ne pouvez pas garder vos distances avec les autres, en particulier dans les lieux clos et mal ventilés où se trouvent de nombreuses personnes.

 

Portez un masque médical/chirurgical si:

-vous avez plus de 60 ans,

-vous êtes atteint d'une autre pathologie (diabète, cancer, maladie cardiovasculaire, maladie respiratoire chronique, obésité, immunodéprimé),

-vous ne vous sentez pas bien/vous avez des symptômes,

-vous vous occupez d'un membre de votre famille malade.

  • Comment entretenir un masque chirurgical :

 

Utilisation unique, jeter après utilisation.

Masques en tissus :

https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/question-and-answers-hub/q-a-detail/q-a-on-covid-19-and-masks

 

  • Comment entretenir un masque en tissu :

 

Lavez le masque avec du savon ou de la lessive, de préférence à l’eau chaude (à une température d’au moins 60° C), au moins une fois par jour.

 

Si vous n’avez pas d’eau chaude, lavez le masque avec du savon/de la lessive et de l’eau à température ambiante, puis faites bouillir le masque pendant une minute

OU

trempez le masque dans une solution chlorée à 0,1 % pendant une minute puis rincez-le abondamment avec de l’eau à température ambiante (il ne doit pas rester de résidus toxiques de chlore sur le masque).

  • Conseils d’ordre général :

 

Utilisez votre propre masque et ne le prêtez jamais à personne.

Résistez à la tentation de baisser votre masque ou de l’enlever lorsque vous parlez à d’autres personnes.

Ne placez pas votre masque autour de votre bras ou de votre poignet et ne le tirez pas vers le bas pour le placer autour de votre menton ou de votre cou. Rangez-le plutôt dans un sac en plastique propre.

COMMENT UTILISER LES MASQUES :

masque1.jpg
masque2.jpg

AIDE et SOUTIEN PSHYCHOLOGIQUE

-trouverdusoutien.be

-formulaire de remboursement de consultations chez psychologue conventionné à la demande du médecin généraliste

 

VACCIN COVID: info patients

Objectifs de la vaccination COVID19 

  • Objectif sanitaire : éviter la saturation des hôpitaux, levée progressive des mesures et contraintes. 

  • Par quel moyen ? Protection des groupes à risque d’hospitalisation, protection des groupes les plus exposés, développement d’une immunité de groupe. 

  • Autre objectif en termes de stratégie : protection des fonctions critiques nécessaires au fonctionnement de la société. 

 

But d’un vaccin 

Le but d’un vaccin, quel qu’il soit, est d’entrainer le corps à se battre contre un agent pathogène (dans ce cas-ci, le virus SARS-Cov-2) en lui faisant produire des anticorps dirigés contre l’agent pathogène en question. 

 

A quoi sert un vaccin ?  

 

1) Au niveau individuel : 

Développement d’une immunité mémoire 

=> c’est-à-dire une immunité qui persiste longtemps et qui permet au corps d’être prêt à réagir rapidement lorsqu’il rencontre le virus pour de vrai. 
 

2) Au niveau communautaire : 

Développement d’une immunité de groupe/d’une couverture vaccinale 

=> en vaccinant un maximum de personnes, on protège les personnes qui ne peuvent pas recevoir le vaccin (femmes enceintes, immunodéprimés, enfants, …) 

Rq. Pour le vaccin contre la COVID-19, l’effet au niveau individuel est certain, en effet, le vaccin protège l’individu vacciné contre les formes graves de la maladie. Ce qu’on ignore encore à l’heure actuelle c’est l’effet sur l’immunité collective, c’est-à-dire savoir si le vaccin empêche la transmission du virus entres individus. 

Comment faire pour fabriquer un faux pathogène incapable de nous infecter mais permettant tout de même de développer des anticorps ? 

 

Plusieurs mécanismes : 

  • Vaccin inactivé :  

  • Inactivation de l’agent pathogène (avec des produits chimiques ou de la chaleur), l’agent pathogène ainsi inactivé n’est plus capable d’infecter une personne mais le cadavre de l’agent pathogène est tout de même reconnu et étudier par le système immunitaire qui crée des anticorps. 

 

  • Vaccin vivant atténué :  

  • Affaiblissement/atténuation de l’agent pathogène. 

 

  • Vaccin conjugué (Sanofi/GSK) :  

  • La protéine du virus est injectée directement pour induire une réaction ; dans ce cas des adjuvants sont nécessaires pour améliorer la réponse immunitaire. 

 

  • Vaccin à vecteur viral (Astra Zeneca, J&J) : 

  • On utilise un virus ne pouvant pas se répliquer (souvent un adénovirus) pour induire le schéma de la protéine dans les cellules. 

 

  • Vaccin à ARN/ADN (Curevac, Moderna, Pfizer) : 

  • On utilise du matériel génétique de l’agent pathogène (ADN, ARN) afin que les cellules du corps humain produisent elle-même une protéine l’agent pathogène en question. 

 

Quels sont les risques d’un vaccin ? 
 

  • Le risque de développer des effets indésirables existe comme pour tout vaccin ou médicament ou intervention chirurgicale. Le risque zéro n’existe pas, mais les effets indésirables graves sont très rares. 

  • Effets indésirables transitoires les plus fréquents : céphalée, fatigue, fièvre, réaction locale à l’endroit de la piqure, … 
     

  • Le risque de réaction allergique existe mais n’est pas spécifique au vaccin contre la COVID-19, en effet ce risque est présent pour tous les vaccins et toutes les substances qu’on injecte dans le corps. C’est la raison pour laquelle on demande une surveillance de 15-30 minutes après l’injection du vaccin. 

 

Rq. Il est vrai qu’on ne connait pas tout sur les vaccins, cependant il s’agit d’une méthode qui a fait ses preuves et qui existe depuis longtemps ; la vaccination a permis d’endiguer des épidémies et d’éviter à des millions de gens d’être malade. 

 

Pourquoi vacciner ceux qui ont eu la COVID19 ? 

 

1)    Primum non nocere (premièrement ne pas nuire) : 

  • En effet dans les études ont été inclus : les patients avec des anticorps, les patients avec un test PCR+ avant l’étude, avec un test PCR+ pendant l’étude 

  • Pas de différence observée au niveau des effets secondaires 

  • Pas d’évènement spécifique observé 

2)    Les patients ayant eu la COVID19 ont acquis une immunité de courte durée : 

  • Un patient asymptomatique ne développe souvent pas d’anticorps 

  • 10% des patients avec une forme légère n’en développent pas non plus 

  • Dans les formes légères, les anticorps diminuent rapidement (après 2 mois) 

3)   Avantages de la vaccination : 

  • La vaccination agit comme un booster de l’immunité acquise 

  • La vaccination permet la production d’anticorps neutralisant (empêche l’entrée du virus dans la cellule) 

  • Le taux d’anticorps acquis après la vaccination est équivalent ou supérieur à ceux ayant développé une forme sévère de la maladie 

 

« J’ai peur du vaccin parce qu’on a été trop vite » 

Aller vite c’est exactement ce dont on a besoin pour vaincre une épidémie. Les vaccins ont été développés sur des connaissances scientifiques et toutes les précautions ont été prises. 

 

« J’ai peur du vaccin à ARN » 

Différentes études ont prouvé et démontré qu’il faut plus craindre l’ARN du virus entier que l’ARN du vaccin qui code pour une protéine bien spécifique. 

La sécurité des vaccins est une des conditions à l’autorisation de mise sur le marché (AMM) d’un vaccin. Un avis favorable pour l'AMM n'est donné que lorsqu'il existe des preuves suffisantes concernant la sécurité du vaccin. Les vaccins contre la COVID-19 doivent répondre aux mêmes exigences strictes que tous les autres vaccins. Les experts de l'EMA (Agence européenne des médicaments) et de l’AFMPS examinent de près toutes les données relatives aux vaccins contre la COVID-19. 

Après la vaccination, les particules du vaccin qui contiennent l'ARNm sont rapidement absorbées par les cellules du corps. L'ARNm ne peut pas atteindre le noyau de nos cellules, où se trouve notre ADN. Notre propre ADN n'est donc pas modifié ou endommagé. L'ARNm est relativement rapidement décomposé par notre corps. 

Comme pour tous les nouveaux médicaments, les autorités compétentes et les entreprises pharmaceutiques surveilleront étroitement ces vaccins après leur mise sur le marché. 

 

Résumé réalisé par le Dr De Bom

YOUTUBE : les vaccins : fonctionnement, immunité, risques, ...

YOUTUBE : Etat des lieux de nos connaissances sur la vaccination ...

YOUTUBE : Webinaire du collège de médecine générale à destination des généralistes ...

AFMPS : Questions et réponses sur les vaccins contre la COVID-19

INFECTIOLOGIE.COM : Vaccins-covid-19-questions-et-reponses-spilf-24dec2020.pdf

HAUTE AUTORITE DE SANTE - Vaccination contre la Covid-19 : la HAS précise ses recommandations sur la priorisation des publics cibles

AUTRES SITES UTILES

-sciensano.be

-info-coronavirus.be